google.com, pub-7151264736602889, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Breaking News

Un médecin explique pourquoi aucun vaccin n'arrêtera la propagation du Covid-19



L’OMS a recensé 102 laboratoires dans le monde en train de développer un vaccin contre le Covid-19. Cependant, même si plusieurs d’entre eux se révèlent efficaces, cela pourrait ne pas être suffisant pour éradiquer le virus, prévient un médecin qui en donne les raisons.

D’après la documentation de l’Organisation mondiale de la santé, quelque 102 laboratoires dans le monde se concentrent sur l’élaboration d’un vaccin contre le Covid-19. Mais le nombre réel pourrait être deux fois supérieur. Huit d’entre eux sont déjà au stade de l’essai clinique. Dans une tribune dans le New York Times, un médecin affirme cependant que le vaccin pourrait ne pas être suffisant pour stopper la pandémie.

En effet, même si un vaccin s’avérait efficace et commençait à être distribué, la question la plus importante est l’égalité d’accès à celui-ci, selon Seth Berkley, médecin et épidémiologiste, directeur général de GAVI Alliance, une organisation internationale qui agit pour l’accès à la vaccination dans les pays pauvres.

Les pays riches en priorité

M.Berkley est revenu sur le cas de la grippe porcine H1N1 de 2009, qui a tué plus de 200.000 personnes, selon une étude publiée dans The Lancet. La pandémie de H1N1 n’était en fait pas aussi grave qu’une grippe saisonnière. Un vaccin avait alors été créé et, bien que critiqué, s’est révélé efficace. Il n’a cependant été distribué que dans les pays riches, et le reste du monde en a été dépourvu.

Qu’en serait-il si un scenario similaire s’appliquait à la pandémie du nouveau coronavirus, qui a déjà tué plus de 230.000 personnes dans le monde, s’est interrogé le Dr. Berkley. Là aussi, seuls les pays les plus riches seront en mesure d’acheter assez de vaccins pour immuniser leur population.

La pandémie pourrait se révéler incontrôlable dans les pays qui ne peuvent se procurer assez de vaccins, d’autant que leur système de santé est plus faible et qu’ils ont peu de moyens pour suivre la propagation du virus.

Selon le spécialiste, les leaders mondiaux doivent penser à une échelle globale, et non nationale, pour lutter contre cette pandémie, et s’assurer que toutes les parties du monde aient accès au vaccin, sans quoi le virus continuera de circuler et de se répandre.

Une coalition pour assurer l’égalité d’accès au vaccin

La fondation CEPI (Coalition for Epidemic Preparedness Innovations), lancée en 2017, qui se charge d’accélérer le développement des vaccins contre les maladies infectieuses émergentes, a déjà financé plus de neuf projets d’élaboration d’un vaccin contre le Covid-19, mais aura besoin de deux milliards de dollars pour qu’au moins trois de ces candidats puissent passer les exigences réglementaires et de qualité et terminer les tests d’efficacité.

Le monde devra ensuite assurer les fonds nécessaires pour garantir la capacité de production et mettre des milliards de doses à disposition de la population mondiale dans les prochains 18 à 24 mois. Sur ce point, la coalition travaille à la création d’un mécanisme qui doit garantir l’égalité d’accès au vaccin.

Les ministres de la Santé de 20 pays, avec le président de l’Union européenne et le directeur général de l’OMS, se sont déjà engagés à accélérer le développement, la fabrication et la distribution équitable des vaccins. «Ce n'est qu'en protégeant toutes les personnes à risque que nous mettrons fin à cette épidémie et que nous réagirons efficacement aux futures épidémies», a conclu Seth Berkley.

Aucun commentaire

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE